Quand Citroën conçoit ses voitures comme un lit

Source : L'Usine Nouvelle, Astrid Gouzik.

Si Citroën a fait sensation au Mondial de l'Auto avec les courbes généreuses du concept CXperience, le constructeur en a aussi profité pour nous raconter comment il rend ses véhicules confortables. Et les sièges Citroën deviennent de véritables lits ! Si Citroën a fait sensation au Mondial de l'Auto avec les courbes généreuses du concept CXperience, le constructeur en a aussi profité pour nous raconter comment il rend ses véhicules confortables. Et les sièges Citroën deviennent de véritables lits ! 

cxperience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le confort, c’est inscrit dans les gènes de Citroën. C’est ce que ses clients attendent en s’offrant un véhicule du constructeur français… Mais ce qui rend l’exercice laborieux est que le confort demeure une notion subjective. "D’ailleurs, quand on demande aux gens ce qui rend un produit confortable, ils ont beaucoup de mal à le définir. Finalement, ce que l’on ressent en premier, c’est l’inconfort", note Thierry Perron, responsable du Citroën Advanced Comfort. Partant de constat, les équipes de la marque aux chevrons ont planché sur le programme "Citroën Advanced Comfort". "Notre approche est globale pour travailler sur tous les composants du véhicule", renchérit-il.

Parmi les facteurs pouvant avoir un impact sur le confort, les ingénieurs de la marque se sont penchés sur les vibrations et sur les technologies pouvant atténuer cette désagréable sensation. Ils ont agi à trois niveaux, à commencer par des suspensions capables d’absorber les sollicitations de la route. En juin dernier, Citroën annonçait la mort de sa célèbre suspension hydropneumatique, qui avait notamment fait la réputation de la DS. De quoi déclencher un tollé chez les aficionados de la marque. Les équipes ont donc dû redoubler d’effort pour proposer un nouveau système qui soit à la fois moins coûteux et redoutablement efficace. Naissent alors les suspensions à butée hydraulique. Alors qu’une suspension classique est composée d’un amortisseur, d’un ressort et d’une butée mécanique, le système Citroën ajoute deux butées hydrauliques - une de détente et une de compression – de part et d’autre. La suspension travaille ainsi en deux temps en fonction des sollicitations.

Une quinzaine de brevets

Une fois que les vibrations de la route ont été absorbées par les amortisseurs, survivent encore quelques remous réticents. "Il fallait faire en sorte que la caisse en transmette le moins possible aux passagers du véhicules", nous raconte Thierry Perron. C’est là que se cache l’autre innovation du constructeur : le collage structural par tirets, une technologie pour laquelle PSA détient une quinzaine de brevets. "Nous remplaçons les points de soudure électrique par des points de colle discontinus. Cela permet d’augmenter la rigidité de caisse, sans ajout de poids", plaide-t-il. Et qui dit caisse plus rigide (environ 20%), dit meilleure filtration des sollicitations de la route. Tout en étant compatible avec les infrastructures industrielles existantes car le procédé de dépose des cordons "par tiret" ne dégage pas de fumées toxiques.

Et pour adoucir les derniers frémissements que pourraient ressentir les passagers de la voiture, quoi de mieux qu’un lit. Pour ses assises, Citroën est allé chercher des matériaux dans d’autre domaines d’application. Particulièrement celui de la literie, où la "mémoire de forme" constitue le nec plus ultra du confort. Grâce à l’utilisation de plusieurs couches de matières spécifiques (mousse polyuréthane, viscoélastique ou texturée), Citroën a mis au point des sièges s’adaptant parfaitement à la morphologie des passagers et offrant un moelleux capable de faire oublier la dernière petite vibration qui aurait échappé à la vigilance de Citroën.