Citroën Neutron : un concept-car thermonucléaire !

Source : l'Argus, Didier Ric.

En 2019, Citroën proposera son premier modèle hybride rechargeable : le C5 Aircross. Le designer allemand Grigory Butin voit beaucoup plus loin. Il a imaginé une Citroën animée par ... un réacteur nucléaire. La marque n'a pas encore donné son feu vert, ni de calendrier pour sa commercialisation.

Neutron1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le designer Grigory Butin n’a peur de rien. Il a osé un véhicule animé par un réacteur nucléaire. Une audace technologique qui utilise la fusion nucléaire comme mode de propulsion. Ce procédé est employé, de longue date, à bord des sous-marins militaires. Personne ne l’a encore transposé à l’automobile.
 

A quand le nucléaire chez Citroën ?

Quelle marque incarne mieux que Citroën l’audace technologique ? Faut-il voir en ce réacteur l’héritage de la transmission aux roues avant et de la suspension oléopneumatique, nées au siècle dernier. Chacun se fera sa propre idée. Car dans la vraie vie, en 2019, soit cent ans après sa naissance, la marque n’en sera qu’à proposer son premier modèle hybride rechargeable : le C5 Aircross. Le réacteur nucléaire en série, ce n’est donc pas pour demain.
 

Un style épuré

Neutron2

 

Les lignes sont tendues et offrent un aspect très technique à la Citroën Neutron. On est bien loin des formes rondes des dernières réalisations de la marque. Dommage aussi pour l'éclairage sur deux étages que l’on aurait bien vu repris et stylisé sur ce concept-car. En revanche, les proportions reposant sur un long empattement sont raccord avec l’ADN de la marque. Les Citroën DS et Citroën CX en témoignent.

D’ailleurs, les flancs lisses et couvrant légèrement les roues arrière sont là encore un hommage aux deux Citroën précitées. Et comme les roues arrière ne sont que partiellement carénées, Grigory Butin a prévu une protection en partie basse. On n'est jamais trop prudent avec le nucléaire. 
 

Un réacteur qui se pilote

 

Neutron3

 

Ce bolide orné d’un double chevron dispose d'un cockpit scindé en deux. Le pilote et son passager sont logés dans un habitacle dépourvu du moindre bouton physique. Tout est tactile et épuré. L’énergie nucléaire alimentera sans problème la climatisation. Elle est indispensable pour circuler sans surchauffe sous cette verrière intégrale.