Source : Auto Moto.

Les chevrons créent l’événement au salon de Genève 2019 en révélant la Citroën Ami One Concept. Elle espère révolutionner l’autopartage en centre-ville.

cl 18.051.004 750x410

 

 

Citroën Ami One Concept – Faute de nouveauté « produit », Citroën animera son centenaire à grand renfort de concept-cars, tout au long de l’année. A commencer par cette solution de mobilité urbaine, pleine de malice, révélée au salon de Genève.

 
 
 

N’y voyez aucune volonté de réinterprétation du design des célèbres Ami 6 et Ami 8 des années 60 et 70 dans le look de la Citroën Ami One Concept. Le clin d’œil est furtif pour ce modèle exclusivement urbain, plus court et plus étroit qu’une Smart. 100% électrique et accessible sans permis, il espère proposer une solution cohérente d’autopartage en centre-ville.

Un concept symétrique

Son aspect cubique recèle une foule d’astuces stylistiques ayant pour but de simplifier sa conception, et donc les coûts de fabrication, en jouant notamment sur la symétrie. A commencer par ses portières, parfaitement identiques à gauche et à droite, impliquant un sens d’ouverture différencié, antagoniste côté conducteur, et classique côté passager. Le principe est similaire au niveau des faces avant et arrière. Le plastron orange logé en bas de proue se retrouve tel quel en haut de la poupe, tandis que les bas de boucliers sont identiques. De leur côté, les entourages de roues sont analogues en diagonale (avant gauche vs arrière droit, par exemple). Un mimétisme qu’on retrouve aussi au niveau des optiques. Plus étonnant encore, les 4 pièces formant les rétroviseurs sont les mêmes que celles utilisées pour les poignées de portes, mais selon un assemblage différent.

Une signature lumineuse qui verra bientôt le jour

On l’aura compris, le style de l’Ami One Concept mise prioritairement sur l’ingéniosité, plus que sur les références au passé. On y décèle cependant la signature lumineuse en forme de Y du concept CXperience, aperçu en 2016 au Mondial de Paris. Un gimmick dont les futures productions de la marque hériteront probablement, dans les années à venir.

Tout pour l’autopartage

La vocation première de cette étude est bien évidemment l’autopartage, aussi bien pour 5 minutes, 5 heures ou 5 jours d’emprunt. Citroën réfléchit également à des solutions de location longue durée, allant de 5 mois à 5 ans. Mais quelle que soit la formule sélectionnée, l’accès à son habitacle s’effectue toujours via un smartphone. Installé derrière son volant, le conducteur est invité à placer son téléphone face à lui, dans un dock de recharge par induction. Le smartphone devient en quelque sorte l’ordinateur de bord et relaye diverses applications de navigation ou de divertissement. Elles peuvent être lancées par commande vocale ou via un menu défilant. Et selon l’application choisie, une animation se projette via un système d’affichage tête-haute.

Espace à bord optimisé

L’espace à bord a également été soigné, avec une exploitation de chaque recoin, dans cet environnement exigu. L’absence de véritable planche de bord crée une zone de rangement face au passager pour accueillir un bagage format cabine et un sac à main. Et pour le confort des occupants, les fauteuils sont implantés avec un léger décalage, pour optimiser l’espace aux épaules. La nouvelle Ami des villes propose également une ligne de bagage exclusive, spécialement dimensionnée pour son habitacle.

Un rayon d’action limité

Mais ne comptez pas prendre le large pour autant. Sa vitesse limitée à 45 km/h et son autonomie de 100 km la cantonnent à un rayon d’action limité aux centres-villes. Ce showcar, c’est un peu l’Autolib’ du futur, mais avant d’espérer son industrialisation, Citroën devra probablement revoir sa copie sur certains détails, car l’autopartage soumet les véhicules à rude épreuve, tout au long de leur vie. On peut donc douter du degré de résistance à long terme des sangles d’ouverture des portières, que l’on retrouve sous forme de dragonnes à l’intérieur.

Du rêve à la réalité, l’Ami One Concept aura probablement rationalisé ses solutions techniques. Mais sa démarche se montre convaincante, en termes d’économie de conception et de compacité.