Citroën C4 (2020) : le pari de l'audace

Source Caradisiac, Alexendre Bataille.

 

Citroën présente aujourd’hui la troisième et nouvelle génération de C4. La marque française fait, à nouveau, le pari de l’originalité en proposant une compacte au design fort ainsi qu’une déclinaison 100% électrique. Nous sommes allés à sa rencontre pour la première fois.

C4 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Citroën est de retour sur le marché des berlines compactes. Et comme la marque ne fait rien comme tout le monde, surtout quand il s’agit de design, la C4 troisième du nom prend des faux airs de SUV. Longue de 4, 36 m, la Française fait partie des grandes du marché. Les signes distinctifs sont nombreux et assumés de la part du constructeur qui souhaite amener une proposition audacieuse sur un marché où la clientèle est généralement réputée frileuse.

Un pari risqué qui mélange les codes du SUV (hauteur de caisse importante, protections en plastique brut sur les parties basses, etc.) à ceux du coupé avec une lunette arrière très inclinée et un vitrage latéral qui s'étire vers le bout du profil. Citroën n’hésite pas à évoquer la GS comme source d’inspiration. L’arrière est la partie la plus originale de l’auto avec un très large bandeau noir agrémenté d’un béquet, le tout intégrant des feux partant en V. A l’avant, la signature lumineuse est la même et prend place sur deux niveaux. Elle souligne un capot largement creusé. Le premier contact visuel avec l’auto réclame quelques minutes pour assimiler l’ensemble des informations tant elles sont nombreuses. Pour mettre en valeur ces nombreux détails la marque propose une trentaine de combinaisons de couleurs entre la carrosserie, les entourages d’antibrouillards et les Airbump. 

C4 2

Cette nouvelle C4 n’a donc rien de commun avec ses concurrentes traditionnelles que sont la Volkswagen Golf, la Renault Mégane ou la Peugeot 308. Citroën se cherche depuis 2018 et la disparition de la C4 de son catalogue qui a rencontré un joli succès avec près de 3 millions d’exemplaires vendus. La marque n’est pas parvenue convaincre les clients avec la C4 Cactus, un crossover au positionnement maladroit à mi-chemin entre le low-cost et la voiture plaisir. La mayonnaise n’avait pas pris puisque la marque a écoulé "seulement" 400 000 exemplaires de son modèle, sur une période assez proche.

 

C4 3

 

A bord, la présentation est autrement plus sobre. La planche de bord recouverte de matériaux souples affiche un traitement horizontal avec en son centre une élégante tablette tactile de 10’’ sans bordures et au revêtement brillant. Elle regroupe tout le système d’info-divertissement et se montre rapide dans son fonctionnement. Le système est compatible Android et Carplay et une interface spécifique s’ajoute pour la version 100% électrique. L’ambiance à bord est dans la veine des dernières productions de PSA. Le traitement est soigné et les matériaux sont valorisants à l’image des touches de chrome satiné disséminées un peu partout. La nouvelle C4 ne reproduit pas les erreurs de ses cousines en laissant au conducteur des commandes physiques pour la gestion de la climatisation et de la ventilation. Un très bon point.

 

C4 5

 

C4 6

 

Le conducteur fait face à une instrumentation numérique de (trop) petit format et son passager à une tablette nomade. En effet Citroën a développé un inédit système de support rétractable directement intégré dans la planche de bord pour fixer une tablette nomade de type iPad qui elle n’est pas fournie avec la voiture ! Sans trop en montrer la nouvelle C4 regorge de technologies comme une caméra intégrée dans le pied de rétroviseur qui prend des photos ou des vidéos en cas d’accident ou encore une caméra 360°, un toit panoramique ouvrant, une recharge de smartphone par induction, un système de conduite autonome de niveau 2, etc. La dotation est à jour et n’a rien à envier aux leaders de la catégorie.

 

C4 7

 

La longueur importante de la française profite aux passagers. En effet, avec un empattement XXL (2, 70m) elle offre un espace aux jambes record pour la catégorie. Deux adultes de grands gabarits voyageront dans les meilleures conditions aux places arrière. La place du milieu servira de dépannage. De plus, leur séant sera traité avec tous les égards tant les sièges et la banquette sont confortables. La C4 reprend en effet les sièges spécifiques de son programme « Advance confort » équipés de mousse à haute densité qui maintien et ne s’affaisse pas avec le temps. Le coffre affiche un volume similaire pour les versions thermiques et électriques. Il cube 380 litres. C’est dans la moyenne de la catégorie mais il se montre pratique grâce à un seuil de chargement bas et une découpe large. Il est équipé d’un plancher modulable. De manière générale, cette nouvelle C4 traite bien ses occupants avec notamment des ports USB (A et C) aux 4 places et de nombreux et vastes rangements. Elle en compte une bonne quinzaine.

 

C4 8

 

La compacte de Citroën est bâtie sur la plateforme flexible « e-CMP » du groupe PSA, ce qui signifie qu’elle est éligible à une électrification totale. D’ailleurs Citroën commercialisera sa « ë-C4 » en même temps que les versions thermiques traditionnelles. La première « vraie » voiture électrique de Citroën qui a débuté son offensive avec l’AMI, un quadricycle électrique, en début d’année. La ë C4 proposera un seul moteur de 100 kW (136 ch). Selon le mode de conduite choisi (Eco, Standard ou Sport), la puissance du moteur variera de 82 à 136 ch. Ce dernier est alimenté par une batterie délivrant une capacité de 50 kWh. L’autonomie de la voiture atteint 350 km selon le cycle d’homologation WLTP. La concurrence, encore rare, ne fait pas beaucoup mieux. Elle peut encaisser jusqu’à 100 kW en charge rapide, permettant de récupérer 80 de la capacité en 30 min. Comme sa cousine, la Peugeot e-208, elle est équipée d’une fonction « Brake » permettant d’amplifier la décélération sans appui sur la pédale de frein pour augmenter l’autonomie.

 

C4 9

 

L’offre 100 % électrique ne sera pas la seule du catalogue de la nouvelle compacte. Elle reprend les moteurs du groupe en mettant l’accent sur l’essence avec les versions PureTech disponibles en 100, 130 et 155 ch. Tous hormis le 100 ch sont compatibles avec la boîte automatique EAT8. Il en va de même pour le diesel ou deux propositions ont été retenues, le BlueHDi 110 et 130 ch. Côté châssis, la garde au sol surélevée et les suspensions à butée hydraulique devraient mettre en avant le confort si cher à Citroën.

Les autos arriveront en concession à la fin de l’année, mais il sera possible de passer commande dès la fin du mois d’août lorsque les tarifs seront dévoilés, et ainsi de bénéficier des aides de l’Etat à l’achat d’une auto 100 % électrique. Les essais auront lieu au mois de novembre.

 

Crédit Agricole