Source : Caradisiac, André Lecondé.

Il va falloir s’habituer. Lorsque Volkswagen ou Renault tousse à cause des émissions de leurs moteurs diesel, c’est tout le secteur de l’automobile qui s’enrhume. Après les perquisitions effectuées il y a pourtant déjà une semaine mais seulement dévoilées ces derniers jours par un tract de la CGT, les places boursières réagi de manière virulente, plaçant l’action de la marque au losange dans une spirale négative. Un tourbillon qui a entrainé les autres constructeurs, à commence par l’autre groupe tricolore PSA. Qui a réagi en tant que victime collatérale.

S5 Le groupe PSA contraint de reagir aux evenements de Renault 106300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les troupes de Carlos Tavares ne sont pas concernées par cette histoire d’investigations et de visite dans les locaux. Mais elles ont dû réagir face à un mouvement de défiance qui a fini par les éclabousser. Ainsi, le groupe PSA Peugeot Citroën a révélé dans un communiqué ne pas avoir fait l'objet d'une perquisition des hommes de la direction générale des fraudes et de la concurrence.
Voici le communiqué : « les résultats des tests réalisés par la commission technique présidée par la ministre de l'écologie, Madame Ségolène Royal, nous ont été communiqués et attestent de l'absence de toute anomalie sur les véhicules de PSA Peugeot Citroën. Ces tests menés par l'UTAC avaient pour objectif de vérifier la conformité des véhicules en matière d'émissions de polluants. »
« Les résultats démontrent la pertinence des choix technologiques de PSA Peugeot Citroën en matière de traitement des émissions de polluants. Ces premiers résultats confirment, par ailleurs, l'efficacité du système de post-traitement « BlueHDi » composé de la Selective Catalytic Reduction (SCR) positionnée en amont du filtre à particules (FAP), permettant de traiter les oxydes d'azote (NOx) émis par les moteurs diesel. Cette technologie est déployée depuis fin 2013 sur tous les véhicules diesel Euro6 du Groupe. PSA Peugeot Citroën informe ne pas avoir fait l'objet d'une perquisition de la DGCCRF. »